Les néo-banques seront-elles un nouvel acteur du secteur bancaire tunisien ?

Les néo-banques seront-elles un nouvel acteur du secteur bancaire tunisien ?


KPMGTunisie, cabinet spécialisé en audit, expertise comptable et conseil, a organisé en collaboration avec l’APTBEF (Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Établissements Financiers) un séminaire sur les enjeux et pratiques des néo-banques, le jeudi 25 avril à l’hôtel Regency Gammarth. Les participants au séminaire ont exposé leurs idées et débattu du sujet,avec la présence de Mme Nadia GAMHA, Vice-gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie.
La digitalisation et la transformation numérique impactent profondément l’économie actuelle et le secteur bancaire n’est pas en marge.
Il s’agit d’une transformation réelle et concrète qui a permis l’essor de nouvelles solutions au service de leurs clients : Intelligence Artificielle, blockchain, chatbots, assistance en live… L’heure est désormais à la collaboration entre tous les acteurs du secteur bancaire pour la création de nouveaux écosystèmes au service du client. Pour pouvoir évoluer dans un environnement fortement concurrentiel, les banques doivent désormais se démarquer par une meilleure connaissance des usages clients et des nouveaux modes de consommation. Les enjeux du secteur bancaire restent l’identification des nouveaux relais de croissance et de création de valeur à travers un nouveau business model pérenne et une nouvelle expérience client qui répond aux nouveaux besoins des clients. Cet essor de la banque digitale ouvre donc la voie à de nouveaux acteurs comme les néo-banques aussi bien pour les clients particuliers que les clients professionnels.
Mais qu’est-ce qu’une néo-banque ? En quoi se démarquent-elles des banques traditionnelles ? Ce concept est-il adapté à l’environnement tunisien ?
Les néo-banques ont su construire un nouveau modèle innovant en complément du système bancaire traditionnel. Elles sont basées sur le digital, les données clients et une expérience client simplifiée et ergonomique, qui met l’expérience utilisateur au cœur de leurs préoccupations.
Les néo-banques désignent les nouvelles solutions, alternatives aux banques traditionnelles, qui offrent une expérience client simple et innovante focalisée sur la banque au quotidien et les paiements.
Ces banques proposent une nouvelle alternative à l’entrée moins contraignante sur les revenus et encours. Elles s’adressent à des segments de clientèle non ou mal adressés par les banques classiques. Par exemple, il est possible d’évoquer le marché de l’inclusion bancaire en France avec le succès de Nickel et l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché des professionnels comme Manager One. Cette flexibilité et cette facilité d’accès (pas de justificatif de revenus nécessaire, pas de dépôt nécessaire à l’ouverture du compte) ont une contrepartie : les néo-banques ont actuellement une offre qui se focalise sur les paiements avec une vraie expérience client qui fait la différence par rapport aux banques traditionnelles mais ne proposent pas encore l’ensemble des services d’établissements de crédit : par exemple les découvertsbancaires ou les crédits.


Les enjeux et perspectives de la néo-banque ont largement été débattus durant cette rencontre qui a réuni experts et professionnels du secteur.
Ahmed El Karm, président de APTBEF, a ainsi ouvert le séminaire en insistant sur la nécessité pour le système bancaire tunisien d’être au diapason des tendances internationales en ouvrant la porte à l’innovation et en adaptant les textes réglementaires aux exigences de nouveaux modèles basés sur la digitalisation et la mobilité.


Moncef Boussannouga Zammouri, président de KPMG Tunisie, a mis l’accent surce que représentent les néo-banques : « Les néo-banques sont l’illustration parfaite de l’évolution mondiale du système bancaire d’aujourd’hui et de son adaptation aux nouvelles tendances. En se focalisant sur des solutions simples, innovantes, centrées sur les opérations bancaires quotidiennes et sur les paiements, elles ont bien compris où étaient les besoins du consommateur et ont su tirer parti de la digitalisation qui touche aujourd’hui tous les secteurs», a-t-il déclaré lors de son intervention.


Nadia Gamha, Vice-Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, a clôturé les discours d’ouverture du séminaire en affirmant : « Nous assistons sur le plan international à une véritable révolution dans le domaine de la finance digitale. La Tunisie s’est inscrite dans cette mouvance internationale d’innovation numérique pour faire des technologies de l’information et de la communication un levier important pour le développement des services financiers.La BCT ne peut que soutenir voire impulser l’intégration des fintechs dans l’écosystème financier. Elle a lancé maintes initiatives pour être à l’avant-garde de la transformation digitale. La publication par la BCT de la circulaire relative aux établissements de paiement au 31 /12/2018 constitue un signal fort que la BCT a voulu émettre afin que l’année 2019 soit l’année d’enclenchement effectif du processus de digitalisation des services financiers ».
Emmanuel Papadacci-Stephanopoli, Senior Manager KPMG et spécialiste en marketing bancaire, a pour sa part présenté les caractéristiques innovantes des néo-banques et leurs dynamisme commercial: « Les néo-banques se distinguent par leurs processus simple d’entrée en relation et fondent en grande partie leur succès sur une expérience client efficace et des innovations qui font la différence. ».
Quant à Stephane Dehaies, Associé en charge de la stratégie et de la Business transformation pour le secteur bancaire à KPMG France, il a déclaré : « Le succès des néo-banques est tel que des entreprises comme Nickel, N26, Revolut, Orange Bank créent plus de 4 900 comptes par semaine en moyenne. Ainsi, le marché des néo-banques, en France, est estimé à environ 2 millions de comptes actifs. La très forte progression du nombre de comptes actifs au cours des 18 derniers mois est soutenue par le lancement de nouvelles offres en 2017 et 2018. »
Les néo-banques savent donc tirer parti desystèmes d’information modernes dont les solutions d’Open Banking et des données clients, pour inventer et lancer de nouvelles offres, mais elles doivent encore se construire un capital confiance et une notoriété – deux critères sur lesquels les banques traditionnelles sont, elles, bien établies.
Pour plus d’informations, vous pouvez lire The Pulse of Fintech 2018, le rapport biannuel de KPMG sur l’évolution de la FinTech dans le monde, avec ses activités majeures et ses tendances :
https://assets.kpmg/…/…/2018/07/h1-2018-pulse-of-fintech.pdf

آفاق »البنوك الجديدة » في القطاع البنكي التونسي

آفاق »البنوك الجديدة » في القطاع البنكي التونسي

نظمت شركة KPMG تونس الرائدة في مجال الخبرة في المحاسبة والاستشارات المالية ندوة حول آفاق ومعاملات البنوك الجديدةبالاشتراك مع الجمعية المهنية التونسية للبنوك والمؤسسات المالية (APTBEF) يوم الخميس في 25 أفريل2019 في فندق ريجنسي قمرت بحضور مجموعة من الفاعلين في المجال وعلى رأسهم السيدة نادية قمحةنائبة محافظ البنك المركزي

إن تأثير الرقمنة والتحول الرقمي يبدو جليا على المشهد الاقتصادي ككل ولا يعتبر القطاع المصرفي بمنأى عن هذا التأثير فقد ساهم هذا التوجه الجديد في عالم الخدمات البنكية في ظهور وتطوير جملة من الخدمات المبتكرة والمتنوعة لفائدة الحرفاء المعتمدة أساسا على : الذكاء الاصطناعي وتقنية البلوكتشين و chatbotsوتقديم المساعدة المباشرة …

وفي إطار مواجهة تحديات التحول الرقمي في القطاع المصرفي من الضروري أن تعمق البنوك معرفتها بمتطلبات الحرفاء وأنماط الإستهلاك الجديدة لإبتكار نماذج بنكية وتجارب جديدة تتماشى مع هذا التحول

لذا فإنه فضلا عن نماذج المؤسسات البنكية التقليدية، تظهراليوم مؤسسات مالية وبنوك ناشئة تدعى بالبنوك الجديدة التي تسمى أيضا البنوك المحمولة

فما هي البنوك الجديدة وكيف تختلف عن البنوك التقليدية وهل تستطيع أن تتأقلم مع واقع البنوك التونسية ؟

لقد استطاعت البنوك الجديدة بناء نموذج جديد يكمل النظام المصرفي التقليدي و يرتكزهذا التوجه الجديد في عالم الخدمات البنكية على الرقمنة وقاعدة بيانات الحرفاء وخلق خدمات بسيطة وسهلة ومبتكرة

تتوجه هذه البنوك إلى الأفراد الذين يبحثون عن تجربة بنكية جديدة بعيدا عن البنوك التقليدية وتعتمد هذه البنوك على العروض التي تقدمها في مجال الدفوعات وسهولة فتح حسابات بنكية دون الحاجة إلى مجموعة من الوثائق

وافتتح السيد أحمد الكرم مدير الجمعية المهنية التونسية للبنوك والمؤسسات المالية الندوة مؤكدا على ضرورة مواكبة القطاع البنكي التونسي للتطورات الحاصلة على مستوى العالم في مجال الابتكار وهذا لا يتحقق إلا عبر تدعيم القطاع بنصوص قانونية تتأقلم مع المتطلبات الجديدة المرتبطة بالرقمنة والتنقل.

و شدّد السيد منصف بوسنوقة الزموري مدير KPMG تونس على أنّ »ظهور البنوك الجديدة ما هو إلا دليل على التطور الذي طرا على النظام البنكي على مستوى العالم و مجاراته للتطور الرقمي وقد استفادت هذه البنوك من هذا التطور لأنها ترتكز على خدمات مبتكرة وبسيطة ترتكز أساسا على العمليات البنكية العادية والدفوعات. وقد استفاد القطاع البنكي من التطور الرقمي الذي طال كل المجالات مما أدى إلى تقليص التكاليف ورقمنة الخدمات « 

تعتبر البنوك الجديدة نوعا جديدا من البنوك وهي تختلف عن البنوك التقليدية منناحية الخدمات السهلة والمبتكرة التي توفرها للحرفاء بالنسبة إلى المعاملات البنكية اليومية وفي مجال الدفع

وقالت نادية قمحة نائبة محافظ البنك المركزي : »نحن معنيون بالثورة الرقمية الحاصلة في القطاع المالي على مستوى العالم وتونس منخرطة في جعل تكنولوجيات المعلومات والاتصالات محرك لنمو الخدمات المالية والبنك المركز ي مدرك لأهمية هذه التقنيات المالية الجديدة مثل finetechللقطاع المالي ككل. وقد أصدر البنك المركزي المنشور الخاص بمؤسسات الدفع في 31 من ديسمبر 2018 ويعتبر هذا المنشور دليلا قويا على رغبة البنك المركزي في رقمنة الخدمات المالية

وقدم Emmanuel Papadacci-Stephanopoli مدير في KPMGفرنسا والمتخصص في التسويق البنكي مزايا هذا النوع من البنوك وقال: » تتميز البنوك الجديدة بخدماتها السهلة والرقمية وضمان تجربة مميزة للحرفاء وبهذا تحدث الفارق بينها وبين البنوك التقليدية »

وبيّن Stephane Dehaiesالمسؤول عن الاستراتيجية وتحديث الأعمال في KPMG فرنسا أنّ » نجاح هذه البنوك الجديدة يقوم على بساطة خدماتها. ففي فرنسا ظهرت أربعة بنوك جديدة وهي NickelوN26 وRevolut وMaxOrange بنك وقد تمكنت هذه البنوك من أن تنشئ حسابات بنكية بمعدل 4900 حساب في أسبوع. ويقدّر العدد الجملي للحسابات النشطة بمليوني حساب وذلك بفضل عروضهاالمبتكرة بين سنة 2017 و2018 « 

وقد استفادت هذه البنوك الجديدة من الأنظمة المعلوماتية الحديثة وجملة من الحلول الخاصة بالبنوك المفتوحة ( OpenBanking) ومن قاعدة بيانات الحرفاء لابتكار خدمات جديدة لكن يجب عليها مزيد العمل نقطتين على تعزيز سمعتها و مصداقيتها وبناء رابط ثقة متين مع الحرفاء وهي المعايير التي تنقصها لمنافسة البنوك التقليدية

وللمزيد من المعلومات حول هذا الموضوع يمكنكم الاطلاع على تقرير Pulse of Finetech الذي يصدر كل سنتين عن KPMGلتطوير التكنولوجيا المالية Finetech في جميع أنحاء العالم مع عرض عن أنشطتها وإنجازاتها الرئيسية

https://assets.kpmg/…/…/2018/07/h1-2018-pulse-of-fintech.pdf

Sommet Bancaire Maghrébin à Tunis : Evolution de l’activité bancaire: défis et perspectives

Sommet Bancaire Maghrébin à Tunis : Evolution de l’activité bancaire: défis et perspectives


Le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Marouane El Abassi a invité ses pairs des quatre autres pays du Maghreb, ainsi que les dirigeants de 180 banques et de cinq sociétés monétiques, pour débattre de l’évolution de l’activité bancaire, et ce à partir de ce mercredi 7 novembre à 8h, à l’hôtel Regency à Tunis. Ce sommet, organisé par l’Union des Banques Maghrébines, ne manque pas de thématiques qui seront discutées durant deux jours.

· Quelle sera la banque Maghrébine de demain ?

· La digitalisation de la banque : les évolutions réglementaires et la transformation de la banque traditionnelle et des réseaux bancaires ?

· Quels nouveaux services grâce au Big Data, Blockchain, IA, et autres innovations ?

· Banques et intégration économique du Maghreb : défis et perspectives ?

· Implications de la conformité aux nouvelles normes internationales de lutte anti-blanchiment d’argent pour les banques du Maghreb ?

· Quelle place pour la finance islamique dans le paysage financier Maghrébin ?

De par sa qualité d’expert du secteur bancaire et financier et de précurseur dans le domaine du conseil en innovation et en gestion du changement, KPMG apporte en la matière un éclairage intéressant et un accompagnement à haute valeur ajoutée pour les entreprises du secteur. Ces aspects seront partagés lors de panels et workshops qui se dérouleront tout au long de l’évènement. C’est ainsi que Safouane Ben Aissa, Docteur en Economie et Directeur Advisory chez KPMG, sera parmi les panélistes sur « le rôle des banques dans l’intégration économique maghrébine: défis et perspectives ». De son côté, Walid Belghith, ingénieur ENSIIE et responsable du département Management Consulting & IT Advisory de KPMG, interviendra lors du workshop sur « les services financiers et l’innovation technologique ». Quant à Patrick Fesi, directeur du département Audit Interne et Risk Management & Compliance chez KPMG, il participera au panel de discussion sur les « implications de la conformité aux nouvelles normes internationales de lutte anti-blanchiment d’argent pour les banques du Maghreb ».

Les trois experts seront en outre à disposition des journalistes pour des précisions et des interviews.