Les cabinets Zahaf et Ben Arbia en synergie Sous la signature CroweHorwarth

Image result for CABINET ZAHAF

Deux importants cabinets tunisiens d’expertise comptable, fondés respectivement par Sleheddine Zahaf et Noureddine Ben Arbia, ont décidé de se mettre en synergie, sous la même affiliation au réseau international Crowe Horwath International, classé 8e plus grand réseau mondial. Tout en gardant chacun sa propre autonomie, les deux cabinets unissent ainsi leurs expertises sous une signature internationale de réputation pour assurer des missions conjointes.

La première affiliation tunisienne à Crowe Horwath remonte à 1996, lorsque Noureddine Ben Arbia était expert-comptable indépendant au sein du cabinet ACF, qui devait porter en 1999 l’enseigne Horwath ACF. L’évolution des métiers de l’expertise-comptable, l’accroissement de la demande avec en complément des spécialités pointues et les nouveaux flux d’implantation d’entreprises étrangères en Tunisie et tunisiennes à l’étranger ont rendu nécessaire la conclusion d’un partenariat utile entre les Cabinets Zahaf et Ben Arbia.

«En plus de la qualité de nos relations professionnelles et des affinités personnelles, souligne Noureddine Ben Arbia, deux éléments essentiels ont présidé à ce partenariat. D’abord, la détermination partagée à assurer un meilleur développement sous une marque internationale et à apporter aux clients des prestations de haut niveau, aux normes internationales élevées requises. Ensuite, la volonté d’assurer l’encadrement renforcé des équipes et la pérennité des deux cabinets, en s’arrimant à un réseau international de premier ordre».

«Trois grands gagnants dans cette opération, explique de son côté Sleheddine Zahaf. Crowe Horwath qui s’enrichit en Tunisie d’un deuxième affilié, le Cabinet Zahaf, en plus du Cabinet Ben Arbia, et renforce ainsi son réseau sur le continent africain. Les deux cabinets visent plus de croissance et une solide pérennité avec plus de moyens partagés et l’apport du réseau international. Les clients bénéficieront de tout l’appui approprié. Particulièrement, les entreprises tunisiennes qui se développent à l’international ».

Comment acquérir un 1er logement sans avancer l’autofinancement requis

Related image

Vous voulez acheter votre premier logement et obtenir un crédit à cet effet, mais vous n’êtes pas en mesure d’avancer l’autofinancement de 20% requis. L’Etat vous le prête à des conditions fort avantageuses au titre du Programme national 1er logement.
L’accès au bénéfice de ces avantages est ouvert aux familles tunisiennes qui ne disposent pas d’un premier logement principal et dont le revenu mensuel brut se situe entre 4.5 et 10 fois le SMIG, soit actuellement en 1.534 DT et 3.932 DT. Le bénéficiaire devrait être marié ou bien veuf ou divorcé ayant des enfants à charge et la famille ne devrait pas disposer d’un autre logement (principal).L’un des conjoints doit être salarié du secteur public ou du privé. Le logement doit se comprendre 2 chambres + séjour+ salle d’eau et son prix ne doit pas dépasser 200.000 DT, hors frais de contrat et autres. Le logement est à acquérir soit auprès d’un promoteur immobilier agréé, soit d’un particulier, en justifiant de la conformité à la législation en vigueur et la production d’un permis de bâtir.
Le crédit est destiné à financer la part de 20% exigée en autofinancement dans le crédit logement. Le remboursement se fait, après une période de grâce de cinq ans, sur sept ans, avec un taux d’intérêt de 2%. A titre d’exemple, pour un logement devant couter 200.000 DT, l’autofinancement est de 40.000 DT, avancé par l’Etat. Le reste qui est de 160.000 DT soit 80% sera mobilisé sous forme de crédit bancaire selon les conditions spécifiques à chaque banque.
La présentation du Programme national 1er Logement sera étayée à la faveur du Salon Expo-Finances qui tiendra sa 7ème session du 4 au 7 octobre prochain à CharguiaExpocenter. Banques et promoteurs immobiliers présenteront à cette occasion leurs offres et fourniront les détails pratiques pour l’obtention des crédits y afférents.

Epson défie les écrans plats professionnels avec une solution interactive complète de 100 pouces pour équiper les salles de réunion

Premier projecteur laser ultra-courte focale interactif WUXGA, l’EB-1470Ui peut être utilité sur une longue période sans maintenance
Epson propose aux professionnels de passer des petits écrans plats à un système complet et interactif de 100 pouces pour équiper leurs salles de réunion EB-1470Ui. Grâce à ses simplicités de connexion et d’installation, les réunions s’organisent facilement. En plus, il permet l’absence de maintenance pendant 20 000 heures. Autrement dit, vous l’installez et vous l’oubliez.
Donnant la priorité à la productivité, la collaboration et l’intégration des appareils, l’EB-1470Ui permet une multitude de connexions à distance : partage du paperboard et d’autres contenus, mais aussi l’annotation à distance à partir de smartphones, de tablettes et d’ordinateurs portables. Grâce à la fonction de mise sous tension automatique, le projecteur démarre dès que vous branchez un câble, afin de gagner du temps. De plus, la taille d’image projetée est conséquente : jusqu’à 100 pouces, pour garantir que tout le monde puisse voir ce qui est présenté, favorisant ainsi la participation. L’écran laser interactif fonctionne sur n’importe quelle surface plane ou presque, la transformant en un tableau blanc numérique interactif qui répond au doigt et au toucher (il vous suffit de l’allumer et de commencer à écrire), ce qui en fait la solution collaborative idéale pour la salle de réunion moderne.
« Les écrans plats n’ont tout simplement pas leur place dans les salles de réunion, » a précisé Hans Dummer, directeur de la BU Visual Instruments, zone EMEAR. « Leur taille d’image ne permet pas d’en faire un investissement intéressant, raison pour laquelle Epson lance l’EB-1470Ui, une solution pour espace de réunion. Celle-ci permet la visio-conférence collaborative via un affichage d’une taille maximale de 100 pouces. Alors qu’il faut souvent deux écrans plats pour partager du contenu à distance sur un tableau blanc lors d’une visio-conférence par exemple, la fonction partage d’écran d’Epson fournit deux affichages dans un seul, ce qui permet de partager facilement et en toute sécurité n’importe quel type de contenu. Les conférenciers peuvent annoter le contenu grâce à la compatibilité double-stylets et contact tactile, tandis que le partage de contenu et même d’écran à partir de smartphones, de tablettes et de portables est aisé. »
L’EB-1470Ui sera disponible à partir du mois de novembre 2017.

« Leaders Arabiya » rayonne ..

Dans sa livraison de septembre -octobre 2017, actuellement en kiosques, le mensuel d’expression arabe « Leaders Arabiya » braque la lumière sur une question toujours d’actualité : la corruption et la malversation ainsi que sur deux sujets fort controversés, à savoir l’égalité dans l’héritage et le mariage de la musulmane tunisienne avec un non-musulman. Après avoir traité dans un précédent numéro de la stratégie mise en place par Youssef Chahed et son gouvernement pour lutter contre la corruption et la malversation, le magazine, documents à l’appui, monte en épingle cette fois-ci certaines affaires dont s’est saisie l’Instance Nationale de Lutte contre la Corruption (INLUCC) parmi celles – près de 200 au total- qu’elle a transmises au Parquet, de mars 2016, jusqu’à nos jours. De fortes présomptions existent quant à l’implication des personnes qui y sont citées dans différents crimes et délits : détournement de deniers et de biens publics, dont des médicaments pour une valeur s’élevant à des milliards, abus de biens sociaux, faux et usage de faux, falsification de documents financiers, pots de vin, infractions aux règlements régissant les marchés publics …

Quelles solutions innovantes pour maîtriser le budget de l’Etat: une table ronde de l’ITEC avec des intervenants clefs

La maîtrise du budget de l’Etat et garantie de son équilibre, sans recourir aux augmentations rituelles, mais à travers des mesures novatrices sera le thème d’une table ronde organisée par l’Institut Tunisien des Expert Comptables (ITEC), ce mardi 18 juillet au siège de l’IACE. Animé par par Mohamed Jarraya, Expert-Comptable et Président d’honneur de l’ITEC, le débat réunira notamment Faycal Derbel (ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement et Expert-Comptable), Mongi Safra (Economiste), Habib Karaouli (PDG de Banque) et Walid Ben Salah (Expert-Comptable). Ils auront à exposer leurs analyses et surtout proposer les des solutions qu’ils jugent les plus appropriées.

Quelles solutions innovantes pour maîtriser le budget de l’Etat: une table ronde de l’ITEC avec des intervenants clefs

La maîtrise du budget de l’Etat et garantie de son équilibre, sans recourir aux augmentations rituelles, mais à travers des mesures novatrices sera le thème d’une table ronde organisée par l’Institut Tunisien des Expert Comptables (ITEC), ce mardi 18 juillet au siège de l’IACE. Animé par par Mohamed Jarraya, Expert-Comptable et Président d’honneur de l’ITEC, le débat réunira notamment Faycal Derbel (ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement et Expert-Comptable), Mongi Safra (Economiste), Habib Karaouli (PDG de Banque) et Walid Ben Salah (Expert-Comptable). Ils auront à exposer leurs analyses et surtout proposer les des solutions qu’ils jugent les plus appropriées.
L’image contient peut-être : 4 personnes

Les Ressources Naturelles de la Tunisie

 

Selon l’Indice de gouvernance des ressources naturelles de 2017 établi par l’Institut de Gouvernance des Ressources Naturelles (NRGI), l’industrie minière de la Tunisie se classe en-dessous de la moyenne avec une note de 46 points sur un maximum de 100, ce qui la place au 48e rang parmi les 89 pays figurant dans la liste. Cet indice évaluant le contrôle mené par les pays sur leurs ressources naturelles, a révélé l’existence de lacunes dans le contrôle de l’activité minière de la Tunisie, en montrant que peu de progrès a été réalisé en matière de réformes depuis la révolution de 2011. Le secteur pétrolier s’en sort mieux, en partie en raison des divulgations d’information accrues de la part du gouvernement. #NRGI #Tunisia #PRESSconference #PR

Express Air Cargo a annoncé la réception d’un deuxieme avion Boeing737

Tunis, le 26 avril 2017 – Express Air Cargo, compagnie aérienne de cargo tunisienne a annoncé la réception cette semaine d’un deuxième avion Boeing 737. Il sera affecté au lancement à partir du lundi 1er mai 2017 d’une liaison commerciale reliant la Tunisie à Cologne, en Allemagne. Outre sa contribution au renforcement du fret aérien entre la Tunisie et l’Europe en tant que hub pour l’Afrique, cette nouvelle ligne renforce l’image du pays en tant que site économique et commercial en pleine reprise économique. Express Air Cargo, qui avait obtenu son agrément d’exploitation aérienne en septembre 2016, a effectué son tout premier vol cargo le 25 février 2017 reliant ainsi Tunis à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.
M. Anis Riahi, PDG d’Express Air Cargo, a souligné que « jusqu’à cette date, les investissements pour 2016-2017 ont été de 52 MD et ont permis la création de 350 postes d’emploi (cadre). Express Air Cargo étoffera également sa flotte de 3 nouveaux avions avant la fin de l’année pour atteindre ainsi 5 avions et continuera ses investissements pour atteindre 12 Avions à l’horizon de 2020 pour un investissement global de 122 Millions de dinars ».
Evoquant les nouveaux investissements à réaliser pour le court terme, M. Riahi a indiqué que « Express Air Cargo démarrera la construction dans les prochains jours d’un entrepôt d’une surface globale de 2000 m², sous douane à l’aéroport international de Tunis Carthage avec un investissement de 6 Millions de dinars et fera employer 150 personnes ».
« Nous sommes heureux d’annoncer que notre compagnie a finalisé les études nécessaires pour la construction d’un centre de maintenance des avions Boeing, et un centre de conversion des avions passagers en avion-cargo, unique en Afrique. Ce centre est destiné exclusivement à l’exportation avec un investissement de 90 MD et fera travailler 400 ingénieurs aéronautiques », a-t-il ajouté.
Le réseau d’Express Air Cargo a attiré des compagnies étrangères de renommée mondiale. La compagnie a pu finaliser des accords inter-compagnies (INTERLINE) à l’instar avec le groupe Air France, CARGOLUX, Air Bridge Cargo, … ce que permettra d’offrir des opportunités d’exportations aux opérateurs tunisiens sur tous les continents et de rapprocher davantage les produits tunisiens à tous les marchés. Il est à noter que le réseau sera également développé au centre et l’ouest de l’Afrique à partir du mois de juin 2017 pour atteindre 51 pays d’Afrique occidentale et centrale avant fin 2018.
Concernant les entraves qui peuvent ralentir le dynamisme et l’élan d’Express Air Cargo dans la conjoncture difficile que connait le pays, M. Riahi a déclaré que « de l’avis de tous les experts, la préparation et la mise en place du projet a été un travail de partenariat avec la Direction Générale de l’Aviation Civile. Cependant, au démarrage de notre activité, nous avons observé un revirement total surtout du ministère de Transport sous l’influence d’une personne au pouvoir et au même temps propriétaire d’une société de transit qui a jouit de toutes les faveurs à partir de fin 2011 et abusait de son pouvoir en l’absence d’une compagnie nationale aérienne de cargo ».
Anis Riahi a précisé : « On a remarqué également des autorisations illégales accordées par le ministère du Transport, qui ne respectait pas les accords bilatéraux en donnant les mêmes droits à une compagnie européenne qu’à une compagnie tunisienne alors que notre compagnie aérienne ne pourrait pas jouir des mêmes droits en Europe. ». « Malgré tous ces obstacles, nous demeurons optimistes et confiants dans la justice Tunisienne » affirme M. Riahi.

#Chris #Skinner : #Finance 2.0 #launchs in ##Tunisia

#Chris #Skinner : #Finance 2.0 #launchs in ##Tunisia

#Chris #Skinner, a #financial advisor, was invited to Tunis in 9 April by the #Tunisian #Professional #Association of #Banks and #Finacial #Institutions (#APTBEF) at the international exihibition of Information Technology and Communication « #SITIC #Africa » to talk about FinTech , a discpline that reconsiders the model of finance thanks to technological innovation.
In his speech, he turns back to a theme that is dear to him: the fourth revolution, to which he devoted his latest book » Digital Human ». What is it about? « The fourth revolution is the profound transformation of technology on humanity, transforming human beings into digital humans. New technologies open up new possibilities for the economy.  »
Chris Skinner analyzes the current situation by focusing his thesis on several points: Opening up to financial globalization, effectuating digital transition, attracting International Banks and encouraging initiative spirit. Concerning the Globalization, goods’ and people’s movement influence finance on several levels especially nowadays, with the advent of new technologies and the rapidity of means of transport. There is a finance at the national level, within the framework of what occuring in one country.
Then, each country acts in accordance with the whole world economy and with each country individually. For example: the current US banking infrastructure results in economic changes in Asia, Europe and Africa.
He insists on the importance of digitizing the banking system to open borders and thus allow to welcome international banks. While studying the case of North African countries, he was surprised by their willingness to invest in banks. Therefore, it is important to preserve banks in Tunisia.
It is the banks that finance individual projects. Nowadays, thanks to globalization and the digital system, everyone is able to be wealthy or entrepreneur. The proof is that some Indian millionnaires of today were, ten years ago, whether serving chicken, unemployed or street traders.
Note that Chris Skinner is a prominent FinTech scholar. The precedent concept combines the terms « Finance » and « Technology »: It refers to an innovative field that reconsiders the model of finance thanks to the technological innovation. Chris Skinner is an independent commentor on financial markets. He occupies several positions in various companies as CEO, partner, administrator and financial advisor. He has been a consultant for the big banks in terms of innovation in their activities for 15 years.
He is the author of Digital Bank, ValueWeb and Digital Human as well. You can follow his activities on his blog, The Finanser, and on all his social networks.

#كريس #سكينار المختص في مجال #المالية و#التكنولوجيا في #تونس

#كريس #سكينار المختص في مجال #المالية و#التكنولوجيا في #تونس

دُعِي كريس سكينار، المستشار المالي ، إلى تونس يوم 9 أفريل من قبل الجمعية المهنية التونسية للبنوك والمؤسسات المالية (APTBEF) وذلك بمناسبة المعرض الدولي لتكنولوجيا #المعلومات و #الاتصالات « SITIC Africa » للحديث عن نظرية FinTech وهو مجال يعيد النظر في نموذج المالية بفضل الابتكار التكنولوجي.
وخلال مداخلته، تناول كريس سكينار مسألة تستهويه وهي مسألة الثورة الرابعة التي كرّس لها كتابه الأخير « الإنسان الرقمي » : « الثورة الرابعة هي التحوّل العميق للتكنولوجيا وتأثيرها على البشرية وتحويل البشر إلى كائنات بشرية رقمية، فالتقنيات الجديدة تفتح إمكانيات جديدة للاقتصاد.  »
ويحلّل كريس سكينار الوضع الحالي من خلال تركيزه على عدّة قضايا منها الانفتاح على عولمة المجال المالي وتفعيل التحوّل الرقمي وجذب البنوك الدولية والتشجيع على المبادرة. وفيما يتعلق بالعولمة ، ومع ظهور تكنولوجيات جديدة وسرعة وسائل النقل، يؤثر تزايد الأملاك والأشخاص في المجال المالي في عدّة مستويات. فهناك مجال مالي على المستوى الوطني، وهو ما يحدث في بلد واحد فقط. ثمّ تؤثر كل دولة في الاقتصاد العالمي كلّه وفي كل بلد على حدة. وعلى سبيل المثال، البنية التحتية البنكية الحالية في الولايات المتحدة هي نتيجة للتغيرات الاقتصادية في آسيا وأوروبا وأفريقيا.
ويشدّد كريس سكينار على أهميّة رقمنة النظام البنكي لتعزيز إمكانية استقطاب البنوك الدولية. وبعد دراسة حول بلدان شمال أفريقيا، عبّر السيّد سكينار عن استعداده الكبير للاستثمار في بنوك هذه المنطقة مضيفا أنّه من المهمّ الحفاظ على البنوك التونسيّة وعدم التفريط فيها حيث تمكّن هذه البنوك من تمويل المشاريع الفرديّة.
وبفضل العولمة والتكنولوجيا الرقمية، أصبح ممكنا الوصول الى الثروة وإنشاء المؤسسات. والدليل على ذلك أن مئات الملايين من الهنود الذين كانوا في حالة بطالة أصبحوا اليوم أثرياء.
وللتذكير فانّ كريس سكينار باحث بارز في مجال المالية والتكنولوجيا وهو معلق مستقل في الأسواق المالية ويشغل العديد من المناصب في شركات مختلفة كرئيس تنفيذي وشريك ومسؤول ومستشار مالي. وشغل 15 عامًا منصب مستشارًا في إحدى البنوك الكبرى في ابتكار وتجديد الخدمات البنكية. وهو مؤلف « البنك الرقمي »، و ValueWeb و Digital Human. ويمكن متابعة نشاطه على مدونته ، The Finanser ، وعلى جميع شبكات التواصل الاجتماعي الخاصة به.