Quelles solutions innovantes pour maîtriser le budget de l’Etat: une table ronde de l’ITEC avec des intervenants clefs

La maîtrise du budget de l’Etat et garantie de son équilibre, sans recourir aux augmentations rituelles, mais à travers des mesures novatrices sera le thème d’une table ronde organisée par l’Institut Tunisien des Expert Comptables (ITEC), ce mardi 18 juillet au siège de l’IACE. Animé par par Mohamed Jarraya, Expert-Comptable et Président d’honneur de l’ITEC, le débat réunira notamment Faycal Derbel (ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement et Expert-Comptable), Mongi Safra (Economiste), Habib Karaouli (PDG de Banque) et Walid Ben Salah (Expert-Comptable). Ils auront à exposer leurs analyses et surtout proposer les des solutions qu’ils jugent les plus appropriées.

Quelles solutions innovantes pour maîtriser le budget de l’Etat: une table ronde de l’ITEC avec des intervenants clefs

La maîtrise du budget de l’Etat et garantie de son équilibre, sans recourir aux augmentations rituelles, mais à travers des mesures novatrices sera le thème d’une table ronde organisée par l’Institut Tunisien des Expert Comptables (ITEC), ce mardi 18 juillet au siège de l’IACE. Animé par par Mohamed Jarraya, Expert-Comptable et Président d’honneur de l’ITEC, le débat réunira notamment Faycal Derbel (ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement et Expert-Comptable), Mongi Safra (Economiste), Habib Karaouli (PDG de Banque) et Walid Ben Salah (Expert-Comptable). Ils auront à exposer leurs analyses et surtout proposer les des solutions qu’ils jugent les plus appropriées.
L’image contient peut-être : 4 personnes

Les Ressources Naturelles de la Tunisie

 

Selon l’Indice de gouvernance des ressources naturelles de 2017 établi par l’Institut de Gouvernance des Ressources Naturelles (NRGI), l’industrie minière de la Tunisie se classe en-dessous de la moyenne avec une note de 46 points sur un maximum de 100, ce qui la place au 48e rang parmi les 89 pays figurant dans la liste. Cet indice évaluant le contrôle mené par les pays sur leurs ressources naturelles, a révélé l’existence de lacunes dans le contrôle de l’activité minière de la Tunisie, en montrant que peu de progrès a été réalisé en matière de réformes depuis la révolution de 2011. Le secteur pétrolier s’en sort mieux, en partie en raison des divulgations d’information accrues de la part du gouvernement. #NRGI #Tunisia #PRESSconference #PR

Express Air Cargo a annoncé la réception d’un deuxieme avion Boeing737

Tunis, le 26 avril 2017 – Express Air Cargo, compagnie aérienne de cargo tunisienne a annoncé la réception cette semaine d’un deuxième avion Boeing 737. Il sera affecté au lancement à partir du lundi 1er mai 2017 d’une liaison commerciale reliant la Tunisie à Cologne, en Allemagne. Outre sa contribution au renforcement du fret aérien entre la Tunisie et l’Europe en tant que hub pour l’Afrique, cette nouvelle ligne renforce l’image du pays en tant que site économique et commercial en pleine reprise économique. Express Air Cargo, qui avait obtenu son agrément d’exploitation aérienne en septembre 2016, a effectué son tout premier vol cargo le 25 février 2017 reliant ainsi Tunis à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.
M. Anis Riahi, PDG d’Express Air Cargo, a souligné que « jusqu’à cette date, les investissements pour 2016-2017 ont été de 52 MD et ont permis la création de 350 postes d’emploi (cadre). Express Air Cargo étoffera également sa flotte de 3 nouveaux avions avant la fin de l’année pour atteindre ainsi 5 avions et continuera ses investissements pour atteindre 12 Avions à l’horizon de 2020 pour un investissement global de 122 Millions de dinars ».
Evoquant les nouveaux investissements à réaliser pour le court terme, M. Riahi a indiqué que « Express Air Cargo démarrera la construction dans les prochains jours d’un entrepôt d’une surface globale de 2000 m², sous douane à l’aéroport international de Tunis Carthage avec un investissement de 6 Millions de dinars et fera employer 150 personnes ».
« Nous sommes heureux d’annoncer que notre compagnie a finalisé les études nécessaires pour la construction d’un centre de maintenance des avions Boeing, et un centre de conversion des avions passagers en avion-cargo, unique en Afrique. Ce centre est destiné exclusivement à l’exportation avec un investissement de 90 MD et fera travailler 400 ingénieurs aéronautiques », a-t-il ajouté.
Le réseau d’Express Air Cargo a attiré des compagnies étrangères de renommée mondiale. La compagnie a pu finaliser des accords inter-compagnies (INTERLINE) à l’instar avec le groupe Air France, CARGOLUX, Air Bridge Cargo, … ce que permettra d’offrir des opportunités d’exportations aux opérateurs tunisiens sur tous les continents et de rapprocher davantage les produits tunisiens à tous les marchés. Il est à noter que le réseau sera également développé au centre et l’ouest de l’Afrique à partir du mois de juin 2017 pour atteindre 51 pays d’Afrique occidentale et centrale avant fin 2018.
Concernant les entraves qui peuvent ralentir le dynamisme et l’élan d’Express Air Cargo dans la conjoncture difficile que connait le pays, M. Riahi a déclaré que « de l’avis de tous les experts, la préparation et la mise en place du projet a été un travail de partenariat avec la Direction Générale de l’Aviation Civile. Cependant, au démarrage de notre activité, nous avons observé un revirement total surtout du ministère de Transport sous l’influence d’une personne au pouvoir et au même temps propriétaire d’une société de transit qui a jouit de toutes les faveurs à partir de fin 2011 et abusait de son pouvoir en l’absence d’une compagnie nationale aérienne de cargo ».
Anis Riahi a précisé : « On a remarqué également des autorisations illégales accordées par le ministère du Transport, qui ne respectait pas les accords bilatéraux en donnant les mêmes droits à une compagnie européenne qu’à une compagnie tunisienne alors que notre compagnie aérienne ne pourrait pas jouir des mêmes droits en Europe. ». « Malgré tous ces obstacles, nous demeurons optimistes et confiants dans la justice Tunisienne » affirme M. Riahi.

#Chris #Skinner : #Finance 2.0 #launchs in ##Tunisia

#Chris #Skinner : #Finance 2.0 #launchs in ##Tunisia

#Chris #Skinner, a #financial advisor, was invited to Tunis in 9 April by the #Tunisian #Professional #Association of #Banks and #Finacial #Institutions (#APTBEF) at the international exihibition of Information Technology and Communication « #SITIC #Africa » to talk about FinTech , a discpline that reconsiders the model of finance thanks to technological innovation.
In his speech, he turns back to a theme that is dear to him: the fourth revolution, to which he devoted his latest book » Digital Human ». What is it about? « The fourth revolution is the profound transformation of technology on humanity, transforming human beings into digital humans. New technologies open up new possibilities for the economy.  »
Chris Skinner analyzes the current situation by focusing his thesis on several points: Opening up to financial globalization, effectuating digital transition, attracting International Banks and encouraging initiative spirit. Concerning the Globalization, goods’ and people’s movement influence finance on several levels especially nowadays, with the advent of new technologies and the rapidity of means of transport. There is a finance at the national level, within the framework of what occuring in one country.
Then, each country acts in accordance with the whole world economy and with each country individually. For example: the current US banking infrastructure results in economic changes in Asia, Europe and Africa.
He insists on the importance of digitizing the banking system to open borders and thus allow to welcome international banks. While studying the case of North African countries, he was surprised by their willingness to invest in banks. Therefore, it is important to preserve banks in Tunisia.
It is the banks that finance individual projects. Nowadays, thanks to globalization and the digital system, everyone is able to be wealthy or entrepreneur. The proof is that some Indian millionnaires of today were, ten years ago, whether serving chicken, unemployed or street traders.
Note that Chris Skinner is a prominent FinTech scholar. The precedent concept combines the terms « Finance » and « Technology »: It refers to an innovative field that reconsiders the model of finance thanks to the technological innovation. Chris Skinner is an independent commentor on financial markets. He occupies several positions in various companies as CEO, partner, administrator and financial advisor. He has been a consultant for the big banks in terms of innovation in their activities for 15 years.
He is the author of Digital Bank, ValueWeb and Digital Human as well. You can follow his activities on his blog, The Finanser, and on all his social networks.

#كريس #سكينار المختص في مجال #المالية و#التكنولوجيا في #تونس

#كريس #سكينار المختص في مجال #المالية و#التكنولوجيا في #تونس

دُعِي كريس سكينار، المستشار المالي ، إلى تونس يوم 9 أفريل من قبل الجمعية المهنية التونسية للبنوك والمؤسسات المالية (APTBEF) وذلك بمناسبة المعرض الدولي لتكنولوجيا #المعلومات و #الاتصالات « SITIC Africa » للحديث عن نظرية FinTech وهو مجال يعيد النظر في نموذج المالية بفضل الابتكار التكنولوجي.
وخلال مداخلته، تناول كريس سكينار مسألة تستهويه وهي مسألة الثورة الرابعة التي كرّس لها كتابه الأخير « الإنسان الرقمي » : « الثورة الرابعة هي التحوّل العميق للتكنولوجيا وتأثيرها على البشرية وتحويل البشر إلى كائنات بشرية رقمية، فالتقنيات الجديدة تفتح إمكانيات جديدة للاقتصاد.  »
ويحلّل كريس سكينار الوضع الحالي من خلال تركيزه على عدّة قضايا منها الانفتاح على عولمة المجال المالي وتفعيل التحوّل الرقمي وجذب البنوك الدولية والتشجيع على المبادرة. وفيما يتعلق بالعولمة ، ومع ظهور تكنولوجيات جديدة وسرعة وسائل النقل، يؤثر تزايد الأملاك والأشخاص في المجال المالي في عدّة مستويات. فهناك مجال مالي على المستوى الوطني، وهو ما يحدث في بلد واحد فقط. ثمّ تؤثر كل دولة في الاقتصاد العالمي كلّه وفي كل بلد على حدة. وعلى سبيل المثال، البنية التحتية البنكية الحالية في الولايات المتحدة هي نتيجة للتغيرات الاقتصادية في آسيا وأوروبا وأفريقيا.
ويشدّد كريس سكينار على أهميّة رقمنة النظام البنكي لتعزيز إمكانية استقطاب البنوك الدولية. وبعد دراسة حول بلدان شمال أفريقيا، عبّر السيّد سكينار عن استعداده الكبير للاستثمار في بنوك هذه المنطقة مضيفا أنّه من المهمّ الحفاظ على البنوك التونسيّة وعدم التفريط فيها حيث تمكّن هذه البنوك من تمويل المشاريع الفرديّة.
وبفضل العولمة والتكنولوجيا الرقمية، أصبح ممكنا الوصول الى الثروة وإنشاء المؤسسات. والدليل على ذلك أن مئات الملايين من الهنود الذين كانوا في حالة بطالة أصبحوا اليوم أثرياء.
وللتذكير فانّ كريس سكينار باحث بارز في مجال المالية والتكنولوجيا وهو معلق مستقل في الأسواق المالية ويشغل العديد من المناصب في شركات مختلفة كرئيس تنفيذي وشريك ومسؤول ومستشار مالي. وشغل 15 عامًا منصب مستشارًا في إحدى البنوك الكبرى في ابتكار وتجديد الخدمات البنكية. وهو مؤلف « البنك الرقمي »، و ValueWeb و Digital Human. ويمكن متابعة نشاطه على مدونته ، The Finanser ، وعلى جميع شبكات التواصل الاجتماعي الخاصة به.

#Chris #Skinner : La #finance 2.0 arrive en #Tunisie

#Chris #Skinner : La #finance 2.0 arrive en #Tunisie

#Chris #Skinner, #conseiller #financier, a été invité à Tunis le 9 avril par l’ #Association #Professionnelle #Tunisienne des #Banques et des #Etablissements #Financiers ( #APTBEF) lors du Salon International des Technologies de l’Information et de la Communication « #SITIC #Africa » pour parler de #FinTech, une discipline qui repense le modèle de la finance grâce à l’innovation technologique.
Dans son intervention, il revient sur un thème qui lui est cher : la quatrième révolution, à laquelle il a consacré son dernier livre Digital Human. De quoi s’agit-il ? « La quatrième révolution est la profonde transformation exercée par la technologie sur l’humanité, transformant les êtres humains en êtres humains digitaux. Les nouvelles technologies ouvrent de nouvelles possibilités pour l’économie. »
Chris Skinner analyse la situation actuelle en axant sa réflexion sur plusieurs points : s’ouvrir à la mondialisation de la finance, effectuer la transition numérique, attirer les banques internationales et encourager l’esprit d’initiative. Concernant la mondialisation, avec l’avènement des nouvelles technologies et la rapidité des moyens de transports, la circulation des biens et des personnes influence la finance à plusieurs niveaux. Il y a la finance à l’échelle nationale, dans le cadre de ce qui se passe uniquement pour un pays. Ensuite, chaque pays agit à la fois sur l’ensemble de l’économie mondiale et sur chaque pays individuellement. Par exemple, l’infrastructure bancaire américaine actuelle résulte des changements économiques en Asie, en Europe et en Afrique.
Il insiste sur l’importance de digitaliser le système bancaire pour ouvrir les frontières et ainsi permettre d’accueillir les banques internationales. En étudiant le cas des pays d’Afrique du Nord, il a été surpris par leur volonté d’investir dans les banques. Par conséquent, il est important de préserver les banques en Tunisie.
Ce sont les banques qui permettent de financer des projets individuels. De nos jours, grâce à la mondialisation et au digital, tout le monde peut accéder à la richesse, à l’entreprenariat. La preuve en est que certains millionnaires indiens d’aujourd’hui servaient du poulet, étaient au chômage ou faisaient du commerce de rue il y a dix ans.
Notons que M. Chris Skinner est un éminent spécialiste en Fintech. L’expression combine les termes « finance » et « technologie » : elle désigne un domaine innovant qui repense le modèle de la finance grâce à l’innovation technologique. Chris Skinner est commentateur indépendant sur les marchés financiers. Il occupe plusieurs postes dans diverses entreprises en tant que chef de direction, associé, administrateur et conseiller financier. Depuis 15 ans, il est consultant pour les grandes banques en matière d’innovations dans leurs activités. Il est l’auteur de Digital Bank, ValueWeb et Digital Human. On peut suivre son activité sur son blog, The Finanser, et sur tous ses réseaux sociaux.

African specialists of communication relative to public health risks are in Tunis

African specialists of communication relative to public health risks are in Tunis

The African Union commission has elected Tunisia to receive an African training conference relative to communication about public health risks. The training is organized conjointly with the Africa Centers for Disease Control and Prevention (Africa CDC) and the National Observatory of New and Emerging Diseases (NONED), under the supervision of Ministry of Health. The conference gathers representatives from more than 25 African countries.
From Tuesday April , 3rd to Saturday April , 7th , 2018, the event revolves around scientific communication, case studies, media training, communication strategy and crisis management in an epidemic case. During the occasion, Participants will reinforce their conceptual knowledge and their operational practice about public health risks. They are required to assure the development of the necessary interaction with the different communication channels and preventive mobilization as well as medias and social networks.
“The richness of their acquired experience, the qualification of their institutions and their competences have contributed to elevate Tunisia to be an actor in the field of prevention, Health Risks management and in the area of appropriate communication as well”, Declared Nissaf Ben Alaya , the PR manager and the general director of ONMNE. The Minister of Health added, “as being aware of the imperatives of cooperation and coordination, we are eager to share our experience with our brother and friendly countries and with international and regional institutions. Tunis Seminar will be a new occasion of exchange between African specialists of high level from 25 different countries covering all the sub-regions of the continent”.

تونس تحتضن الدورة الافريقية حول الاعلام

تونس تحتضن الدورة الافريقية حول الاعلام

اختارت مفوضية الاتحاد الإفريقي تونس لاحتضان الدورة التكوينية حول الاعلام بالمخاطر في مجال الصحة
العامّة بمشاركة ممثلين عن أكثر من 25 دولة افريقية. ويتولّى تنظيم هذه الدورة المركز الافريقي لمراقبة الأمراض والوقاية منها بالتعاون الوثيق مع المرصد الوطني للأمراض الجديدة والمستجدّة وذلك تحت إشراف وزير الصحة السيّد عماد الحمّامي.
وأوضح السيّد عماد الحمّامي أنّ ثراء التّجربة التّونسيّة وكفاءة خبراتها في الوقاية الصحّية والتصدّي للأوبئة والتّحسيس بطرق انتشارها وسبل تفادي عدواها بوّأها مكانة دوليّة مرموقة في المجال.
وانطلقت أشغال الدورة يوم الثلاثاء 3 أفريل 2018 لتتواصل إلى غاية يوم السبت 7 أفريل 2018 ويتضمّن برنامج الأشغال سلسلة من الورشات التطبيقية والدراسات الاتصالية والاستراتيجيات المتأكّد اعتمادها لإدارة الأزمات المتعلقة بالصحة والأوبئة وتجسير العلاقات مع وسائل الاعلام وشبكات التواصل الاجتماعي.
وأوضحت الأستاذة نصاف بن عليّة، المديرة العامة للمرصد الوطني للأمراض الجديدة والمستجدّة أنّ وزارة الصحة تحرص على تبادل خبراتها مع الدول الشقيقة والصديقة وتكثيف التعاون الوقائي.

25 pays africains débattent à Tunis de la communication en levier essentiel face aux risques santé publique

25 pays africains débattent à Tunis de la communication en levier essentiel face aux risques santé publique

La Tunisie a appelé à renforcer la coopération interafricaine en matière de prévention et de gestion des risques santé, à travers la consolidation des capacités nécessaires, les échanges d’expériences et la coordination des efforts. Ouvrant les travaux du séminaire africain sur la communication des risques dans le domaine de la santé publique, qui a démarré mardi à Tunis, avec la participation des représentants de 25 pays de toutes les sous-régions du continent, le ministre de la Santé, Imed Hammami a souligné que cette coopération devenue impérative, bénéficiant de l’appui des organismes internationaux. Elle ne peut être efficace que si les et les méthodes de prévention et de lutte sont les mieux adaptées et harmonisées et s’appuient efficacement sur une communication appropriée. A cet effet, il a mis en exergue l’importance de l’anticipation des risques et épidémies, de la planification des actions à entreprendre dans le cadre d’une stratégie préétablie et sur la base de procédures fixées.
Le ministre de la Santé a réaffirmé à cette occasion, l’engagement de la Tunisie à assumer pleinement son rôle dans le cadre du règlement sanitaire international et de mettre en partage ses potentialités et son expertise en la matière.
Organisé, à l’initiative de la Commission de l’Union africaine, par le Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC africain) conjointement avec l’Observatoire national de des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), ce séminaire se poursuivra jusqu’au samedi 7 avril 2018. Les travaux s’articulent autour de communications scientifiques, d’études de cas, de média-training et de stratégie de communication à déployer à titre préventif mais aussi en gestion de crise en cas d’épidémie. Les participants auront à renforcer à cette occasion, leurs connaissances conceptuelles et leurs pratiques opérationnelles face aux risques santé publique. Ils auront également à mieux assurer l’interaction nécessaire avec les différents canaux de communication et de mobilisation préventive, ainsi que les médias et les réseaux sociaux.
« La richesse de son expérience acquise et la qualification de ses institutions et de ses compétences ont érigé la Tunisie en acteur de référence en matière de prévention et de gestion des risques santé publique et de communication appropriée, a déclaré le Pr Nissaf Ben Alaya, directrice générale de l’ONMNE. A ce titre, a-t-elle ajouté, le ministère de la Santé, conscient de l’impératif de coopération et de la coordination, est en interaction continue avec les pays frères et amis et les institutions régionales et internationales».